Drogue : ambiance Breaking Bad chez des trafiquants et recherches médicales sur la MDMA

Publié par Markoff

crédit : belga

crédit : belga

Le 18 mars dernier, 13 personnes ont été arrêtées à proximité de Buenos Aires. Lors de la perquisition, les policiers ont découvert un labo installé en souterrain dans lequel 30 000 comprimés d'ecstasy étaient cachés pour une valeur d'un million d'euros. Et pour fabriquer cette drogue chimique très répandue chez les clubbers, les fabricants utilisaient des équipements sophistiqués comme des produits de synthèse et des colorants.

Après la fabrication, il faut écouler les cachets. Et pour ça, ce gang argentin s'était occupé de tout ! Les gars organisaient des soirées privées dans les endroits les plus branchés et luxueux de Buenos Aires. La Police a expliqué que ses mecs appartenaient à un gang de classe moyenne supérieure. Les 13 hommes se déplaçaient au volant de voitures importées et ils vendaient uniquement leur drogue lors de soirées électro qu'ils avaient organisées eux-même la plupart du temps.

Evidemment, ce descriptif rappelle celui de la série Breaking Bad. Et pour cause : les fabricants de ce labo amateur argentin étaient très inspiré par Walter White (le personnage principal de la série) car l'un des trafiquants était même vêtu d'un t-shirt à l’effigie du personnage en question lorsqu'il a été arrêté !

Dans la série (à voir absolument si ce n'est pas déjà fait) , on retrouve un prof de chimie qui se lance dans la production de drogue de synthèse après qu'on lui ait annoncé un cancer incurable. Alors, forcément les médias du monde entier ont eu envie de faire une comparaison entre la fiction et la réalité comme le journal Le Figaro ou l'Express. Mais, quand on regarde de plus près, c'est pas le même contexte : dans la série, on a droit à un cadre très sombre et à des consommateurs underground. Alors que dans cette histoire, on comprend que les trafiquants visaient une clientèle beaucoup plus friquée. Il faut ajouter que 15 voitures de luxe ont également été saisies lors de l'intervention de la police argentine.

 

Drogue : ambiance Breaking Bad chez des trafiquants et recherches médicales sur la MDMA

Le plus étonnant, sur le même sujet, c'est l'annonce de la DEA (drug enforcement admnistration) aux Etats-Unis. Cette semaine, elle a annoncé qu'elle donnait son feu vert concernant les études cliniques que veut faire un groupe de recherche californien à but non lucratif qui se nomme le MAPS. L'idée c'est de tester les effets médicaux des drogues psychédéliques et de la marijuana.

Et la MDMA va être étudier de très près pour aider la patients atteint de maladies mortelles. Elle pourrait, selon les premiers tests, aider à traiter l'anxiété que génère ces maladies. 

Pour bien comprendre ce qu'est la MDMA, vous pouvez vous rendre sur ce lien wikipédia.

Le magazine Trax annonce sur son site internet que les recherches ont pour but de démontrer l’efficacité de ces drogues dans un contexte thérapeutique très encadré.

Et ce n'est pas fini : le site Vice a publié un article qui annonce que les vétérans des Etats-Unis étaient aussi concernés par ce genre de recherches. Le métier de soldat est souvent synonyme d'état de gros stress et source de soucis post-traumatique. Environ 25% des soldats envoyés dans des pays en guerre sont concernés par ces troubles très complexes. Et ils vont donc être étudié de très près pour voir comment on peut les aider à s'apaiser avec des traitements à base de MDMA. 

De toute façon, globalement, ce n'est pas rien : car il y aurait plus de 20 millions de dollars qui seraient investis dans plusieurs de ces recherches afin que la MDMA soit approuvée par la Food and drug administration aux Etats-Unis ! Car oui, les labos pharmaceutiques ont tout intérêt à faire classer cette drogue comme médicament à l'avenir... Du coup certains magazines comme l'amércain High Times, qui ne cessent de militer pour la légalisation de certaines drogues, pensent que la MDMA pourrait suivre le même chemin que celui de la marijuana : être d'abord vendu comme aide thérapeutique pour ensuite être vendu légalement pour la consommation récréative.

Remarquez, c'est déjà le cas aux Etats-Unis ou certains Etats ont autorisés la vente récréative de marijuana. Et aux Pays-Bas, c'est bien sur l'échelon supérieur dans le domaine ou de nombreuses entreprises fabriquent des substituts de MDMA en toute légalité. Mais, notons que le nombre de morts et d'accidents ne cessent d'augmenter dans des histoires liées à cette consommation légale de produits stupéfiants qu'on ne connait pas ou très peu. L'arrivée de ces produits est si nouvelle qu'on ne sait pas, dans le temps, ce qu'ils peuvent faire sur le cerveau et sur l'organisme. Les débats liés à tout ça n'ont pas fini d'exister ! Alors, est-ce que ceux qu'on qualifie de traficants actuellement seront bientôt des fabricants dans le futur ? Je vais pas rappeler que ça a été le cas pour l'alcool hein... Si on regarde les chiffres rien que pour les Pays-Bas : les drogues rapportent plus de 3 milliards d'euros par an. Aux Etats-Unis, c'est juste impressionnant : on recense plus de 25 millions de consommateurs de cannabis. Et dans un contexte économique très complexe, est-ce que d'autres Etats se laisseront aller à cet argent facile ?

>> voir tous les sujets du blog - info <<

<< s'abonner pour ne pas rater les prochains articles >>

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :