La machine à bonheur instantané : ça fait mal mais ça fonctionne !

Publié par Markoff

La machine à bonheur instantané : ça fait mal mais ça fonctionne !

Le journal hebdomadaire anglais "The sunday times" a envoyé un cobaye de son équipe en Californie pour tester la machine qui rend heureux. John Arlidge est parti rencontrer des geeks scientifiques spécialisés dans les neurosciences (étude du système nerveux).

A son arrivée, on lui a demandé de s'allonger dans un fauteuil du même genre que celui d'un dentiste (ce qui a dû le mettre bien à l'aise tiens lol) mais en plus confortable nous dit-il dans un article publié sur le site du journal. Ensuite, 2 employés lui ont posés des électrodes sur la tête en lui demandant de se détendre : ba bien sur, facile là non ??

La suite est simple : on va lui envoyer des décharges électriques dans le cerveau. L'idée est donc de maitriser l'humeur et de la modifier à volonté grâce à une machine. Lors de ce test, on va demander au journaliste de choisir entre la fonction détente et la fonction énergie. Il choisira de se détendre. On va lui demander d'appuyer sur un bouton (du même style que celui qui envoi des antalgiques à un patient dans un hôpital).

On lui dit qu'il peut appuyer quand il veut et quand il se sentira prêt. Après une grande respiration, il s’exécute et ça lui a fait très mal ! Il raconte dans son article que sur le moment, il prend ses gars de la Silicon Valley pour des grands malades mentaux. La décharge électrique qu'il se prend va lui retourner le cerveau au point qu'il à l'impression de sentir ses neurones qui se mettent à pogoter dans sa tête.

Après avoir patienté un peu, la détente est arrivée. Il a commencé à sentir l'apaisement monter en lui par le biais d'ondes qui lui parcouraient le corps. Sa respiration va ralentir et il va finir par se sentir détendu alors que, je le rappelle, il était très stressé juste avant et il a reçu une bonne décharge en plein cerveau. Cette phase de détente va durer 20 minutes au total.

Après cette expérience, il va discuter avec le créateur de cette machine. L'homme s'appelle Isy Goldwasser. Avec un associé, ils vont lancer dès l'année prochaine la machine de ce genre qui sera en test cette fois auprès du grand public (jusqu'ici 2000 personnes ont testées cette machine). Le lancement est imminent et c'est ce qui est le plus dingue : une telle machine sera disponible sur le marché dans quelques mois donc !!

La forme de cette machine est encore tenue secrète. On sait juste qu'elle sera proposée avec 2 électrodes et une toute petite batterie qui tiendra dans la main. Le tout sera piloté par une appli qui sera installée sur nos smartphones (voir photo ci-dessus). On aura juste a installer les électrodes sur nos têtes pour ensuite choisir entre 2 modes donc : détente ou énergie.

crédit photo :  Carlos Chavarría / Bloomberg Businessweek

crédit photo : Carlos Chavarría / Bloomberg Businessweek

Selon les 2 créateurs (en photo ci-dessus), cette machine aurait le pouvoir de lutter contre les addictions, contre la dépression et même contre l'obésité. Bref, ils sont persuadés d'avoir inventé un outil qui fera beaucoup de bien à l'humanité. Car, le prochain business que vise la Silicon Valley c'est le bien-être et la santé (Apple, par exemple, mise beaucoup sur la santé avec ses nouveaux produits high tech comme la montre connectée).

Pour expliquer leur démarche, les 2 associés vont parler à ce journaliste anglais de l'état actuel de la médecine : on traite déjà la maladie de Parkinson et d’Alzheimer avec des techniques qui consistent à envoyer des courants électriques de faible intensité pour modifier la sensibilité des neurones. Et ces neurones communiquent avec des signaux électriques qui libèrent des substances chimiques dans le cerveau pour traiter la maladie directement. Ils pensent juste aller un peu plus loin avec leur invention, rien de plus... Heeeeeuuuuu, mouais.... Mouais...

Pour la partie folle de l'échange entre ce journaliste anglais et les 2 grands dingues des neurosciences, voici l'anecdote de l'un d'entre eux : Tyler (l'associé de Goldwasser) a avoué qu'il était tombé 2 fois dans les pommes quand il a commencé à utiliser cet appareil sur son cerveau. Il raconte que sa femme a beaucoup pleuré pendant ces périodes de tests et qu'elle avait été très choquée de voir son mari dans un tel état en plein milieu de leur salon ! Malgré ça, les 2 associés pensent que cette machine est inoffensive et très légère. MDR !!!

Rappelons que ce genre de technique est également utilisée pour torturer et faire avouer dans certains pays. Les électrochocs ont un passif très crade car ils ont aussi été utilisés pour "guérir" l'homosexualité il y a des dizaines d'années !!! Si vous connaissez "Vol au dessus d'un nid de coucou" vous ne pouvez pas y repenser sans avoir un avis très effrayant en ce qui concerne ce genre de technique...

Enfin, quand le journaliste se prépare à quitter les lieux, il a eu l'idée de leur poser une dernière question : "et qu'en est-il de la stimulation sexuelle ? Avez-vous travaillé sur ça ?" La réponse est immédiate de la part de Goldwasser : "bien sur, nous savons le faire, mais ma femme m'a interdit de le faire. Elle pense que si on met ça au point, plus personne ne voudra procréer et que, du coup, ça mènerait l'humanité à sa perte". Ok, mais sachez-le, d'autres sociétés se penchent actuellement sur ces recherches et elles vont vouloir rentabiliser l'argent qu'elles ont investis dans ces recherches bien sur... Donc, ça finira par arriver, à plus ou moins grande échelle et avec plus ou moins de succès bien entendu (à cette heure, il est difficile de savoir si ces technologies se vendront car elles font très peur !).

A la fin de son article, le journaliste du Sunday Times a écrit qu'il était sorti de cette société très détendu. Il a même ajouté qu'il ne s'était jamais senti aussi bien !

>> voir tous les sujets du blog - info <<

<< s'abonner pour ne pas rater les prochains articles >>

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :