Effet nocebo, la dark side du placebo

Publié par Markoff

Effet nocebo, la dark side du placebo

On connaissait déjà très bien l'effet placebo qui fait des miracles sur certaines personnes. D'ailleurs, de nombreuses études ont été menées sur le sujet. Désormais, on découvre l'inverse ! Selon le site futura-sciences, on se rend compte que le fait de penser qu'on développe une maladie peut entrainer l'arrivée concrète de celle-ci alors qu'on en avait aucun symptôme à la base.

Il est donc question de la force de notre mental qui peut donc aussi bien nous aider à aller mieux que nous pousser tout droit vers la boîte qui sent le sapin.

Les scientifiques et les médecins anglais pensent bien qu'il y a un énorme danger à penser qu'on pourrait, sans raison fondée, tomber malade. Ils insistent sur le fait que plus on pense que ça va nous arriver, plus ça a des chances de se réaliser !

L'exemple cité sur la BBC (radio anglaise) est assez étonnant. On nous apprend que le fait d'avoir des appréhensions sur les éoliennes peut s'avérer critique. En effet, des personnes vivants près d'installation du genre ont développées des symptômes comme des vertiges et des vomissements lorsque des éoliennes ont été installées près de chez eux. Seulement, pour tester leur "soit disant problèmes" les éoliennes ont été arrêtées pendant 5 jours sans prévenir qui que ce soit. Vous vous doutez du résultat, les habitants qui n'ont pas été prévenus de ces interruptions ont assurées aux médecins qu'ils avaient bien été malade pendant cette période d'arrêt des machines...

Les médecins qui ont travaillés sur ces études vont même plus loin. Certains affirment qu'il suffit juste de voir une personne souffrir pour développer les mêmes symptômes. Pour ça, on a juste placé des personnes dans une même pièce en leur affirmant qu'ils avaient été en contact avec des gens atteint d'une gastro ou d'une grippe. Là aussi, après l'annonce, certaines personnes ont déclarées avoir ressenti des mots de ventres alors qu'il n'y a eu aucune personne infectée par une maladie bien sur.

Pour conclure, on ne sait pas encore comment on peut se protéger de l'effet nocebo. Ce qui est sur, c'est qu'il pose un gros dilemme au système actuel de la médecine. L'idée que l'information elle-même pourrait rendre un patient encore plus malade si on lui parle d'effet secondaire par exemple est très complexe à une époque ou on veut tout savoir quand on s'adresse à un médecin. Ca relance bien sur la question du "faut-il tout dire à un patient ?" !

Une chose est sûre, on a pas fini d'en apprendre sur nos cerveaux qui cachent encore de nombreux secrets. C'est frustrant quand même de se dire qu'on utilise pas toutes les capacités que nos cerveaux permettent !!! Si en plus, ça se retourne contre nous juste par la pensée, alors là, c'est la loose totale...

>> voir tous les sujets du blog - info <<

<< s'abonner pour ne pas rater les prochains articles >>

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :