Les laboratoires veulent gérer nos amours

Publié par Markoff

Les laboratoires veulent gérer nos amours

Le business des médicaments rapporte énormément d'argent et en France, on le sait bien, ce marché fait d'énormes bénéfices particulièrement dans le domaine des anxiolytiques.

Le prochain business qui cherche à faire des miracles chez les chimistes, c'est le médicament qui permettra de ne plus souffrir des ruptures amoureuses. L'idée, c'est de ne plus subir les peines de coeur ! On pourrait penser que c'est ridicule et que la bonne conscience ne laissera pas une place à ce genre de remède ? Et bien non, les recherches ont déjà commencées depuis longtemps. Ceci dit, tout le monde ne voit pas d'un bon oeil ce genre de recherche sur le blocage des sentiments, mais, malgré cela, ces recherches sont financées par des gros laboratoires.

Les toutes dernières avancées humaines permettent de comprendre les racines chimiques de l'amour et comment elles fonctionnent dans nos cerveaux. A partir de là, des Universités de Londres et d'Atlanta on a trouvé un moyen de soigner ses maux liés à la souffrance des sentiments amoureux. Tout est basé sur ce qui ne va pas chez nos partenaires. Partant de là, on se rend compte que les troubles obsessionnels compulsifs avaient de points communs avec l'agacement que l'on ressent quand nos partenaires ne nous rendent plus heureux. La sérotonine (hormone qui joue directement sur l'humeur) serait là un grand point pour ces recherches. Du coup, des études de 12 mois montrent que si on remonte le taux de sérotonine, et bien, comme par magie, on est beaucoup moins irrité par les défauts des personnes que nous aimons.

Comme d'habitude, pour le moment, on base toutes nos recherches sur les animaux. Et cette fois, il est encore questions de souris : plus précisément, on a fait des recherches sur des campagnols. Les petites bêtes ont eu droit à des médicaments qui bloquent l'ocytocine (un neurotransmetteur qui joue sur l'empathie et l'attachement). Et on s'est rapidement rendu compte qu'avec ce traitement, les petits rongeurs étaient devenus polygames alors qu'à la base, ils sont fidèles à un seul partenaire.

On en conclu donc qu'il est possible de bloquer l'attachement à long terme et donc, nous aurions beaucoup moins de soucis quand une rupture survient dans nos vies.

Souvent, il est utile de se poser et de réfléchir à ce qui a mené à une rupture (mauvais partenaires, mauvais comportements, etc...). Là, il sera question de prendre une pilule pour passer directement à autre chose... C'est à l'image de notre société ou tout va trop vite et ou l'on souhaite nous donner très rarement l'occasion de réfléchir... Heureusement, on y est pas encore. Mais si de l'argent a été investi dans des recherches, il y a peu de doutes pour que ça finisse par arriver sur le marché, hélas.

>> voir tous les sujets du blog - info <<

<< s'abonner pour ne pas rater les prochains articles >>

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :