Les 15-25 ans : optimisme et connexion

Publié par Markoff

crédit photo : la voix du nord

crédit photo : la voix du nord

Quand un grand magazine anglais se penche sur les "jeunes d'aujourd'hui", il en ressort des choses parfois étonnantes et positives figurez-vous ! Voici un résumé qui porte principalement sur quelques exemples entre les Etats-Unis et l'Europe de l'ouest. 

Ce magazine connu dans le monde entier pour son côté libéral, pour ses articles sociétales et culturels se nomme "The Economist". Et du côté de l'équipe de ce magazine, on hésite pas à s'engager sur la légalisation des drogues et sur le mariage de personnes du même sexe par exemple.

Maintenant, penchons-nous sur une étude qui a été publié il y a quelques mois par The Economist. Etude qui porte sur la génération Z donc, celle qui comprend les 15-25 ans du monde entier. Déjà, c'est logique, il s'agit de la première génération qui a été connecté sur le web dès sa naissance et c'est pas rien niveau changement par rapport aux précédentes générations ! Le gros problème de cette hyper-connexion à internet, c'est qu'elle entraine la déprime. Les jeunes qui utilisent beaucoup les réseaux sociaux par exemple sont souvent assez triste car ils se comparent entre eux et ils se laissent souvent dire que les autres ont mieux réussi qu'eux (étude américaine publiée par une univesité du Michigan). En moyenne, aux Etats-Unis et en Europe, un jeune qui a un smartphone le consulte 150 fois par jour et il déclare avoir des crises d'angoisse si on le lui retire !

Ensuite, on se rend compte que, selon des études déclaratives, la génération Z est plus encline à créer sa propre entreprise et à faire des économies pour avancer dans la vie. Niveau tolérance, on est beaucoup plus ouvert aux personnes d'origines différentes, on a plus envie de s'ouvrir aux personnes d'orientations sexuelles différentes et on est plus engagés au niveau social également.

Après, on note qu'on est beaucoup plus prudent malgré une certaine ouverture d'esprit : seul 19% des jeunes américains par exemple sont prêt à faire confiance aux personnes qui les entourent. A titre de comparaison, ce chiffre est monté à 40% lors des enquêtes menées sur les baby-boomers

Le plus étonnant, ce sont les chiffres qui nous concernent en France. 22% des jeunes pensent que seul les actions ditent révolutionnaire peuvent faire avancer la société. Ils étaient seulement 7% à penser la même chose en 1990.

Pour ce qui est d'aller voter, on est en chute libre niveau motivation chez les jeunes nous dit The Economist : on préfère baisser la tête et se frayer un chemin plutôt que d'essayer de trouver des solutions collectives avec les politiques.

Côté travail et activité professionelle, globalement dans le monde, on se rend compte que les jeunes pensent que la vie de leur parent n'est pas satisfaisante. Et le pire, c'est qu'il trouve que leur parcours professionnels sont beaucoup moins bons que ceux de leurs ainés ! C'est dire la vision qu'ils ont du monde du travail.

Côté délinquance, on avance. Chez les anglais surtout : 28 000 jeunes ont été interpellés en 2013 pour un acte qui a été condamné par la loi. En 2007, ils étaient 110 000.

Dans tout le monde occidental, on observe une chute de la consommation du cannabis chez les 15-25 ans. Le nombre de décès liés à la drogue a baissé de moitié depuis 2000 chez les jeunes. Les seuls à faire exception, ce sont nous ! On note une augmentation de l'alcool et des joints dans l'hexagone ces dernières années. Les allemands sont, à l'inverse, les moins portés sur les substances en tout genre... Sinon, vu que la vente d'herbe ne cesse de croitre dans le monde, on peut se laisser aller à penser que ce sont surtout les plus de 26 ans qui en consomme le plus (du moins, pour le moment...).

Aux Etats-Unis, on dénombre beaucoup moins de "binge drinking" (ce qui consiste à avaler d'un coup plus de 5 boissons alcoolisées mélangées). La police donne une baisse de plus d'un tiers des interventions dans ce type de pratique. Pour les bars et les établisemments de nuit, c'est un cauchemar en France et en Espagne : beaucoup de commerces ont glissés la clef sous la porte sur les 10 dernières années. Ils affirment être deserté par la jeunesse qui ne sors plus et qui fait la fête à domicile ou en plein air le plus souvent pour faire des économies.

On va finir avec le sexe. Et la bonne nouvelle vient également des Etats-Unis : on attend beaucoup plus longtemps qu'avant pour avoir des relations intimes (la première est vécue en moyenne à l'âge de 17 ans en 2013 et en 1990, on le faisait pour la premièr fois à 15 ans). La plupart des pays d'Europe n'ont jamais connu les taux élevés de grossesse précoce que ceux des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne dans les années 80/90. Ceci dit, là aussi, la tendance est à la baisse partout dans ce domaine. Les parents autorisent apparemment plus facilement leurs enfants à prendre des moyens de contraceptions par rapport aux précédentes générations.   

>> voir tous les sujets du blog - info <<

<< s'abonner pour ne pas rater les prochains articles >>

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :